Un petit tour en auvergne (1)

Jour 1 : arrêt dans l’Ardèche

Mais avant d’arriver à destination nous posons nos valises plantons notre tente à Saint Maurice d’Ibie. Un coin perdu de l’Ardèche entre Montélimar et Vallon-Pont-d’Arc.

Saint Maurice d’Ibie est tout en pierre ainsi que toutes les habitations. Une ambiance particulière règne dans ce village. Nous nous amusons à emprunter les passages « secrets », il y en a partout !

Jour 2 : en route pour l’Auvergne

Après un petit stop à la Roche-Montagne pour prendre quelques photo, nous arrivons en fin de journée à la Bourboule.

Il nous reste un peu de temps avant le coucher de soleil et nous partons pour la Banne d’Ordanche, un petit sommet de volcan repéré auparavant que j’avais vraiment envie de voir.

Après une dizaine de minutes de marche nous commençons à apercevoir des petits avions dans le ciel, on se rend vite compte que non, ce ne sont pas des vrais, et que c’est en fait un spot de vol à voile, version modélisme.

On s’installe pour les regarder voler. 

Nous décidons de continuer un peu notre balade, la vue est à couper le souffle.

On profite des dernières lueurs du soleil qui donnent ces couleurs dorées et une ambiance particulière au paysage.

Jour 3 : la Vallée de Chaudefour (et la pluie)

Après une nuit sous la pluie (oui, en Auvergne, il pleut. Beaucoup.) direction le château de Murol ! 

C’est blindé ! Impossible de se garer on se croirait presque à Disney, demi tour…

On part alors arpenter la Vallée de Chaudefour, une petite vallée boisée et bien verte qui abrite de nombreuses espèces d’animaux et de plantes.

Après une vingtaine de minutes de marche, on découvre au milieu des arbres la cascade de Pérouse (qui n’est pas indiquée, mais à seulement quelques dizaines de mètres du chemin, il suffit de suivre le bruit de l’eau). C’est joliiiii !

Marvin nous propose de continuer un peu pour découvrir autre chose (surprise !) : la source Sainte-Anne.

A première vue, elle a l’air normale mais en la goûtant… Cette eau est… étonnante, elle pétille et a un goût d’odeur de pièce de monnaie. (Rassurez moi, vous aussi vous connaissez le « goût de l’odeur » ? )

En gros, on dirait qu’on boit du fer 🤢

Après quelques recherches il s’agit en fait d’eau de pluie qui après s’être infiltrée, se rapproche du magma des volcans (bah ouais on est en Auvergne quand même !), se réchauffe et se charge du fer et du relargage de dioxyde de carbone avant de remonter jusqu’à la source.

Vous aimez cet article ?

Partager sur Facebook
Partager sur Tweeter
Partager sur LinkedIn
Partager sur Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.